Barbe à pop
18

Barbapop #18


Dmn grng
Gregaldur
Stefana Fratila
Harry Merry


CHEZ NICKY BROUCKIE


Harry Merry (le fils caché de Daniel Johnston) : Harry Merry est né le 15 novembre 1971 aux Pays-Bas, à l’ouest de Rotterdam. Durant sa jeunesse le petit Harry était mal compris par ses camarades et ses professeurs parce qu’il était différent des autres. Il aimait la musique et surtout celle de son époque : The Beatles ou The Dark Pink. Il aimait la littérature, surtout celle de Dickens. Déçu du gouvernement de son pays il va ensuite créer des chansons à propos de ses mœurs et les habitudes de sa vie quotidienne. Harry Merry est un one-man-band, c’est-à-dire qu’il compose et joue en concert seul. Ses morceaux sont souvent composés avec un synthétizer, une batterie, une basse électrique et le chant. Harry Merry utilise parfois l’harmonica comme dans la chanson « Stevie Storm ». Sa voix est assez particulière, il chante en Anglais et en plus de son accent néerlandais, ses modulations aigues et grave se révèlent parfois étranges comme dans les titres « Village Life in 1905″ et « Sharki Super Machine ». Il classerai sa musique au rayon « rock’n roll », mais beaucoup la classent dans « expérimental », « avant-garde ». Il s’est inspiré de l’opéra-rock « Bohemian Rhapsody » pour composer sa chanson « Betta Elizabetta », une expérience qui l’a assez inspiré pour créer sont propre opéra. Voilà son ambitieux défi musical qu’il devrait réaliser avant ses 40 ans.

++ Stefana Fratila (gouttes d’eau sur pierres brulantes)

++ Gregaldur (Hawaii electro pop bidouille déglingue)

++ Dmn grng (primitive banjo blues)