Barbe à pop
PROJOdormants

Les Dormants




Mardi 6 Octobre 2009, au Comoedia, à 20h30, projection du documentaire « LES DORMANTS » de Pierre-Yves Vandeweerd, à propos des hommes et des femmes évoluant entre deux mondes, celui des absents et celui des vivants, entre deux états, celui de l’éveil et celui du sommeil. Dans chacune de ces histoires réside un mystère libéré de toute croyance, de toute philosophie, de toute tentative d’explication. Un mystère capable de réenchanter le réel. En présence du réalisateur.

 

 

Les Dormants
un film de Pierre-Yves Vandeweerd
( 2008 – Super 8 mm, HD Cam – Couleur et Noir & Blanc – Belgique – 60′)



Les quatre récits qui habitent ce film nous entraînent de la Belgique aux rives du fleuve Sénégal, des Ardennes françaises aux montagnes du Sahara occidental. Ils ont pour point commun de nous guider à la rencontre de dormants. Des hommes et des femmes évoluant entre deux mondes, celui des absents et celui des vivants, entre deux états, celui de l’éveil et celui du sommeil.

Dans chacune de ces histoires réside un mystère libéré de toute croyance, de toute philosophie, de toute tentative d’explication. Un mystère capable de réenchanter le réel.
Les dormants ne repose pas sur un discours narratif mais plutôt sensoriel. Il propose une perte de repères, aussi bien de la géographie que du temps, et plus le film avance, plus les limites s’effritent.


Critique des Cahiers du cinéma n°642 – Février 2009 :
« (…) Parmi les films programmés à l’occasion de la 22ème édition des Rencontres, Les dormants de Pierre-Yves Vandeweerd devait fortement éveiller la curiosité. Mettant en relation, au début du film, la mort de sa grand-mère et la naissance de sa fille, Vandeweerd nous entraîne de la Belgique au Sahara – et du noir et blanc à la couleur – au long d’une envoûtante exploration de cet espace, poreux et mystérieux, qui se plie et se déplie entre les vivants et les morts. Sous l’impulsion de sa dynamique esthétique, proche du cinéma expérimental, Les dormants excède largement le cadre du film de famille et accède à l’universalité. L’expérience propre à Pierre-Yves Vandeweerd devient ainsi partageable par tout un chacun : parsemée d’éclats poétiques, la traversée sensible à laquelle il nous convie ne nécessite aucun bagage particulier – il suffit de se laisser embarquer, les yeux et l’esprit grand ouverts. (…) » Jérôme Provençal


Pierre-Yves Vandeweerd est un cinéaste belge. Ses films s’inscrivent dans le cinéma du réel et ont été, pour la plupart, tournés en Afrique : en Mauritanie (Némadis / Némadis, des années sans nouvelles / Racines lointaines / Le cercle des noyés), au Soudan (Closed district), au Congo (Sida d’ici et de là-bas). Né de la rencontre, parfois aussi de la confrontation avec le réel, son cinéma tente de (re)tisser des liens entre les hommes et le monde, entre des histoires singulières et universelles. A la fois esthétiques, philosophiques et poétiques, ses documentaires sont autant de questionnements sur le monde et ses enjeux, sur l’existence ici et ailleurs. Depuis 1998, il est co-directeur du festival biennal du cinéma documentaire de la Communauté française de Belgique : Filmer à tout prix (Bruxelles).


Image : Pierre-Yves Vandeweerd – Son : Alain Cabaux – Montage : Philippe Boucq – Production : Cobra Films, Gsara, Zugma Films – Distribution : Gsara (sandra.demal@gsara.be, +32 2 250 13 10)


La séance sera présentée par la revue Dérives (http://www.derives.tv/)